SINOPLE est un studio spécialisé dans le domaine des industries créatives, expert en stratégie, communication et direction de projets artistiques.

• communication et stratégies artistiques

• direction et production artistiques

• curation – art advising – événements culturels

• sourcing et partenariats

Accompagner à la singularisation

SINOPLE accompagne les marques, les institutions, les ateliers et manufactures d’art dans leurs projets de développement et de notoriété. Son studio assure la direction créative, stratégique, et la production de concepts, d’images, d’œuvres, d’objets et d’expériences sur mesure.

Guidé par la singularité de chaque commanditaire, SINOPLE fonde ses interventions sur une analyse identitaire, contextuelle et sur la transcription contemporaine de son héritage et de ses valeurs dans chaque projet.

Ses actions en communication et business développement génèrent une valeur ajoutée culturelle, émotionnelle et créative : storytelling, collaborations artistiques, partenariats, co-branding, achat d’art, sourcing, événements culturels…

Accompagner à la production

Les productions du studio sont le reflet d’une culture de réseau et de veille. SINOPLE invite régulièrement des contributeurs attachés aux valeurs de ses fondateurs : plumes, directeurs artistiques, photographes, artistes, designers, artisans d’art, designers graphiques…

Reflet d’une création contemporaine décloisonnée, SINOPLE fait ainsi se rencontrer les arts décoratifs, l’art contemporain, les arts graphiques, le design, la mode, l’image, la musique…

SINOPLE accompagne également les créateurs dans le développement et la gestion de leur carrière. Le studio met son savoir-faire et son réseau à leur disposition pour la recherche et la concrétisation de partenariats techniques ou financiers, de résidences, de collaborations ou encore d’expositions.

Mathilde Caylou

direction éditoriale et de création

Lauréate du programme de résidence du Site Saint-Sauveur à Rocheservière, Mathilde Caylou a souhaité confier à SINOPLE la production complète de son édition de fin de résidence.

Cartographie artistique du paysage vendéen conçue avec Joanna Spadiliero, « La porosité du territoire » est un ouvrage de 46 pages illustré par les recherches de l’artiste et ses oeuvres réalisées in situ. Il est édité à 600 exemplaires.

consulter

Diplômée de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg et formée dans des ateliers en France, en Allemagne ou au Danemark, Mathilde Caylou est une artiste dont le travail du verre se place à la frontière de l’art contemporain et de la pratique artisanale.

Lors de son séjour à Rocheservière, l’artiste a parcouru la Vendée, des terres à son rivage, pour y puiser l’inspiration et réaliser une cartographie originale des différents paysages qui la composent.

Déambulation vendéenne, « La porosité du territoire » est un pas de plus dans l’oeuvre de Mathilde Caylou. L’artiste, qui a fait siens les sujets du sol et du paysage vus par le prisme de la matière et principalement du verre, y poursuit ses  questionnements sur les interactions entre les éléments naturels, entre l’homme et son espace environnant. 

Elle aurait pu employer le pluriel dans le titre de sa proposition tant cette porosité qu’elle évoque prend de multiples formes, convoque de multiples acteurs et intervient en différents lieux. Porosité physique, l’absorption et la résurgence de l’eau a guidé sa résidence. Psychique, la porosité nie ici toute conception qui pourrait faire de la nature un simple élément de décor ou une source productiviste mais souligne plutôt la racine commune au paysan, au paysage et au pays, réaffirme l’impossibilité de dissocier l’homme de son espace et de sa culture. L’usage du singulier corrobore ainsi cette vision globale du territoire. 

Cheminement vers l’Atlantique depuis le Site Saint-Sauveur, « La porosité du territoire » offre également un point de vue sur les caractéristiques physiques et culturelles du paysage qui s’est offert à Mathilde Caylou lors de ses longues marches et rencontres avec celles et ceux qui vivent et font le territoire. Elle les dévoile sous une forme nouvelle et contemplative, par une démarche qui retrace un parcours effectué à travers le bocage et le marais, de la terre à l’océan en prenant l’eau et son ruissellement pour fil d’Ariane. 

Au gré des années, au gré des saisons, au gré de ses mouvements induits par des événements naturels ou par l’homme et ses pratiques, l’eau transforme constamment le sol. La terre, la végétation et l’élément liquide s’entremêlent et dialoguent par des formes communes. 

Mémoire et topographie sculpturale du territoire, comme un instantané fixé sur un matériau d’origine minérale et dont l’état amorphe se dit entre solide et liquide, cette proposition tente d’extraire et figer une couche de ces strates historiques dont le sol ne conserve plus de trace visible du fait de ses mutations perpétuelles. Par des jeux de matière, de lumière et de transparence, le verre permet à l’artiste de révéler ces reliefs, ces formes et de retranscrire sa vision de cette réalité, d’inciter à se placer sous un angle différent pour l’observer et la re-découvrir. 

 

"La porosité du territoire"
Mathilde Caylou
"La porosité du territoire"
Mathilde Caylou
"La porosité du territoire"
Mathilde Caylou