Réduite à quelques outils et à son essentiel qu’est la matière pure, la pratique récente et  inédite de Martine Rey emploie des éléments simples – papier ou tissu, pour composer au seul moyen de l’eau et de la laque, et laisser apercevoir les espaces-temps qui lui sont chers. 

Inspirée de la technique du « Suminagashi » – encres flottantes sur l’eau, l’ancêtre japonais de la technique des papiers marbrés européens, l’ « Urushi Nagashi » mis au point par l’artiste convoque la précieuse aide des éléments (air, eau et soleil) pour dessiner dans le mouvement de l’eau et générer la polymérisation de la laque qui révéle des mondes flottants. Du micro au macro, ses cosmos se déploient sur les papiers, les tissus, telles des cartes imaginaires, des chemins de traverses, de nouvelles géographies où se confondent les sensations végétales, minérales et célestes.