L’eau existe sous trois états différents. Dans la nature autour de nous, la magie opère : ce liquide peut devenir une masse solide, ou bien invisible sous forme de vapeur…

L’œuvre Cristaux ressemble à de l’eau gelée, car, bien que de compositions chimiques différentes, ils ont une structure commune : aussi bien le givre que les cristaux sont constitués d’atomes ordonnés. Cette organisation de la matière au niveau microscopique se remarque à notre échelle par ces dessins à la fois géométriques et organiques, qui génèrent une intense réflexion de la lumière. L’installation est constituée de cristaux de calcite, une des espèces minérales les plus répandue sur Terre. La structure atomique ordonnée des cristaux leur confère le pouvoir de réfléchir la lumière en éclats argentés. La lumière, renvoyée de tous côtés, donne à l’œuvre une beauté intrigante. Le dessin, entre l’aléatoire et le prédéterminé, est directement lié à la nature cristalline du minéral. Il fascine pour sa beauté intrinsèque, mais aussi pour les parallèles auxquels il nous invite à songer (givre, paysage enneigé, plumes, etc.).

Arborescences et formes dendritiques : on retrouve souvent ces mêmes dessins dans le travail de Léa Barbazanges, qu’il soit d’origine végétale, animale, ou minérale comme dans l’œuvre Cristaux. Il est l’empreinte de l’eau, la trace du liquide qui a formé la matière. L’eau est à l’origine de ce graphisme remarquable, comme une empreinte de vie. C’est ce qui crée la beauté graphique dans cette œuvre.

« J’emploie dans mon travail artistique des matériaux organiques, car je veux parler du vivant, de la vie de chacun. J’emploie aussi le minéral, constituant indispensable de la Terre qui a joué un rôle essentiel dans l’apparition du vivant, et qui participe toujours aujourd’hui au maintien de la vie sur Terre. »

Léa Barbazanges